Moi-peau

Vous êtes ici :

moi peau

Le Moi-peau fonctionne comme une interface : notre pensée se construit comme une enveloppe et la peau est influencée par cette enveloppe. Trop rigide, elle étouffera le Moi; trop souple, le Moi manquera de consistance. La maladie de la peau exprime mais aussi subit les états du Moi.

Joël Pacoret Psychologue

« Lorsque je reçois Lara, elle ne va pas bien. Elle souffre d’un eczéma très visible en crise depuis plusieurs mois. Elle a conscience que l’évolution de sa peau est influencée par des émotions  mais n’a pas élucidé les causes psychosomatiques à l’origine des épisodes d’exacerbation »… Lire la suite.

 

Une ébauche de Moi-peau est préparée par les toutes premières expériences sensorielles. Ce pré-Moi permet la réception et l’émission des premiers signaux et l’exploration de l’environnement à la recherche de stimulation. A ce stade on peut donc déjà parler de deux enveloppes, l’une d’excitation, l’autre d’inscription. Deux enveloppes, deux feuillets : « l’un externe fait des messages de l’extérieur et qui s’ajuste autour d’un feuillet interne, à la surface du corps (…), lieu et instrument d’émission de messages ».

Moi peau AnzieuDidier Anzieu précise que la première enveloppe n’a rien d’abstrait pour le tout petit. Elle est pour lui « une représentation concrète qui lui est fournie par ce dont il fait l’expérience sensorielle fréquente, à savoir la peau, une expérience sensorielle infiltrée de fantasmes ». Par la suite, « le développement des autres sens est rapporté à la peau, surface fantasmée “originaire” ».

En effet, la peau possède un « primat structural » sur les autres sens, elle contient elle-même plusieurs sens distincts « dont la proximité physique entraîne la contiguïté psychique ». Elle est surtout le seul organe des sens doué de réflexivité : je peux ressentir deux toucher en même temps lorsque je pose une main sur une partie de mon corps.

FreudPour étayer cette théorie, on peut citer Freud : « Le Moi est avant tout un Moi corporel, il n’est pas seulement un être de surface, mais il est lui-même la projection d’une surface ».

Il dérive « des sensations corporelles, principalement de celles qui ont leur source dans la surface du corps ».

Le Moi-peau est ainsi le « parchemin originaire (…) d’une écriture préverbale faite de traces cutanées ».

Cette théorie améliore donc la compréhension psychosomatique de la situation vécue par le patient dans les problèmes dermatologiques.

 

_________________________________________________________________________________________

* En savoir plus :

Le Moi-peau dans les processus de somatisations. Dans cette conversation avec Juliette Rufin* j’explique mon expérience du Moi-Peau dans l’approche des problèmes de somatisations.


Le Moi-peau – Didier Anzieu

Le début de lʼexposé du concept dʼAnzieu propose un commentaire du mythe de Marsyas. Il rassemble autour de cette histoire principale dʼautres invariants contemporains de son époque, les mythèmes… Lire la suite

 

 

Vous pouvez me joindre au 06 12 78 15 95.

Joël Pacoret

29, rue des Boulets

75011 Paris

Métro Rue des Boulets ou Nation